Audierne

 A quelques encâblures de la Pointe du Raz, et à 32 km de Quimper, Audierne offre le charme d'un port actif, de quais animés et de ruelles serpentant à flanc de coteaux.

La pêche a fait la renommée de la ville. Aujourd'hui, la plaisance, omniprésente le long des quais situés au cœur de la cité, est venue compléter avec bonheur cette activité maritime toujours dynamique.

Venant combler le promeneur fourbu par sa longue marche le long de l'estuaire, l'immense plage de sable fin de Trescadec, ouverte sur l'infini de l'horizon, lui offre repos, baignade... et peut-être appétit :
Crêperies et restaurants égrenant leurs cartes alléchantes, sauront alors l'inviter à un autre voyage...

Qu'il vente ou qu'il fasse soleil, la Ville vit pleinement sa vocation : offrir à tous les services d'un pôle urbain et commercial. Les administrations sont nombreuses, les associations sportives, culturelles ou caritatives dynamiques et ouvertes à toutes les bonnes volontés.

Pour les adeptes des marchés, vous trouverez au centre ville un marché découvert le mercredi et le samedi de 08h00 à 13h00.

Audierne pano

Plages d'Audierne et ses environs

Pointe de Pors Peron

Pointe du Van

Locronan

Village médiéval se trouvant à 33 km en direction de Douarnenez sur la route de Brest.

L'important patrimoine architectural de Locronan, préservé très précocement, a permis au village d'être membre du réseau des petites citées de caractère. Locronan est aussi aujourd'hui gratifié du label des plus beaux village de France décerné par une association indépendante visant à promouvoir les atouts touristiques de petites communes françaises riches d'un patrimoine de qualité. Autour de l'église, les toits du village sont des œuvres d'art. De sa belle époque, le village a conservé une place centrale pavée ornée d'un puits, la vaste église Saint-Ronan des maisons Renaissance en granite.

Locronan offre la particularité d'avoir la totalité de ses réseaux électrique et téléphonique enterrés. L'homogénéité des constructions dans la partie classée du village en fait un lieu de tournage idéal, notamment de films historiques.

Locronan a servi de décors pour 26 long métrages dont les plus connus sont Tess de Roman Polanski,  un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet , le radeau de la méduse d'Iradj Azimi, Chouans! de Philippe de Broca, vos gueules les mouettes de Robert Dhéry,....

Tess est d'ailleurs nommé aux Césars 1980 dans la catégorie « meilleurs décors » (réalisés par Pierre Guffroy) et reçoit le César du meilleur film ainsi que le César du meilleur réalisateur (Roman Polanski) et le César de la meilleure photographie (Ghislain Cloquet).

Tous les jeudis soirs du 17 juillet au 21 aôut inclus, Locronan ouvre Le Marché aux Etoiles

Marché d'artisanat d'art et de terroir à partir de 19h dans les rues et sur les places de Locronan, environ une centaine d'artisans. De nombreuses animations d'artistes de rues sont proposés : danses bretonnes, cracheurs de feu, promenade en calèche

Douarnenez

Douarnenez garde encore la réputation d'un grand port sardinier, même si les caprices de la sardine, au fil du temps, ont entraîné une diversification des pêches autrefois saisonnières.

Port de pêche florissant jusqu'à la fin des années 1970 et début 1980, il a connu un très net déclin depuis. L'activité de la pêche y est aujourd'hui marginale mais de nombreux bateaux y débarquent leur pêche. C'est également un port de plaisance important du Finistère avec Tréboul et le Port-Rhu

Ses habitants portent le nom de Douarnenistes ; leurs voisins les appellent parfois (notamment les femmes) Penn Sardin, en référence au travail des ouvrières des conserveries qui consistait entre autres à couper la tête des sardines 1 (penn signifiant tête en breton).
La commune fut agrandie en 1945 en fusionnant avec les communes voisines de Ploaré, Pouldavid et Tréboul, elle est aujourd'hui connue comme ville aux trois ports (port-Rhu, port du Rosmeur, port de Plaisance).

Le Port-Rhu est l'ancien port de cabotage de Douarnenez. Il se situe dans un étroit et profond bras de mer, embouchure de la rivière de Pouldavid et protégé par l'Ile Tristan.

Les quais du Port-Rhu ont été construits dans la seconde moitié du XIX° siècle, comme ceux du Rosmeur, actuel port de pêche de Douarnenez.
Ils s'étendent sur la rive droite de la rivière et dans l'Anse de l'Enfer, comblée en 1901, qui fut le centre de l'activité commerciale de la sardine pressée et conditionnée en baril puis des conserveries à partir de 1870. L'arrivée du train dans l'ancienne commune voisine de Tréboul et la construction du pont métallique freinera quelque peu le trafic portuaire de la marine marchande à voile.
L'essor des conserveries sardinières participe aussi au commerce du sel et de l'huile, du bois pour les barriques et la construction des chaloupes sardinières par des petits chantiers locaux de charpenterie de marine; mais aussi de la rogue provenant de Norvège et servant d'appât aux pêcheurs locaux.

 

Le kouign-amann ou kouign amann sans trait d'union (prononciation : [kwiɲa'mɑ̃nː], pluriel breton kouignoù-amann) est un gâteau, spécialité régionale de Douarnenez, en breton, kouign signifie « gâteau » ou « brioche » et amann, « beurre ». Il aurait été inventé par hasard vers 1860 par un boulanger douarneniste, Yves-René Scordia. Sa préparation est réputée délicate, comme en témoigne le dicton qu'affichent certains pâtissiers douarnenistes : « Le fait qui veut, le réussit qui peut ».

Une variante belliloise nappée de caramel croustillant, est appelée « beurrée ».

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×